Argentine, suite et fin !

Argentine, suite et fin !

Nous revoilà à la case départ … Déjàaaaaaaaaaaaaa ?? 4 mois plus tard, la boucle est bouclée.

Humeur du jour : un peu triste forcément, mais tellement fan de revenir à Buenos Aires !!

Media luna, dulce de leche, bife de lomo, chimichurri … Bo-nheur !!

Allez, 3 jours pour faire le plein ! Pour nous aider dans cette mission, nous retrouvons Pamela et Demian, rencontré 1 mois auparavant à Cabo de la Vela en Colombie, qui sont argentins, et vivent a Buenos Aires.

Buenos Aires avec des portenôs (habitants de B.A.), c’est le pied : restaurant secret, dit « a puertas cerradas », tournée des bars, et le fameux asado du dimanche midi.

Après un accueil de fou par la famille de Demian, ils nous révéleront tout sur l’asado : énorme barbecue familiale.

5 règles pour tout asado qui se respecte :
– Avoir une pièce dédiée au barbecue, où le père de famille règne en maitre
– Avoir un barbecue digne de la taille d’une cheminée
– + on est, mieux c’est : inviter tous les amis qui se présentent
– Acheter 4X trop de viande, s’il en reste moins de la moitié, c’est qu’on n’avait pas prévu assez
– Respecter les 5 étapes : d’abord « las picadas » (charcut fromage), ensuite chorizo, morcilla & provolone (« type » merguez, boudin et de camembert fondu), ensuite la viande (bœuf, porc …), ensuite « sobremesa » (temps de digestion, vraiment nécessaire, où on se ressert !), et enfin les desserts !! Le tout arrosé de vin … rouge évidemment, on sur-like !

… un festin digne des scènes de fin d’Astérix & Obélix.

Ils sont aussi excités que nous, et on se regarde avec la même curiosité, eux quand je prends en photo chaque viande et chaque étape, et nous quand ils nous font répéter « roquefort » et « croissant » une 20aine de fois. Ils fondent devant notre accent, nous sur leur viande … !

Cha

PS : dernier article « eat » du blog, tristesse et desespoir !!

Chutes d’Iguazu

Chutes d'Iguazu

Dernière étape : les incontournables Chutes d’Iguazu !

Pour vous donner une idée, elles sont hautes de 85 m, regroupent plus de 275 cascades, soit 58 000 tonnes d’eau qui tombent à la seconde … Hé oui, ça envoie du fat !

Quand on « fait » les chutes, une question se pose pour tous : quel côté faire, brésilien ou argentin ??

Premier jour côté brésilien, qui permet d’avoir une belle vue d’ensemble, et de rencontrer ses habitants : les coatis, bêtes charmantes, et très gourmandes. A tel point que dés qu’on a sorti nos sandwichs, ils nous ont sauté dessus. Comment faire le bonheur des touristes, qui nous ont mitraillés de photos ! Hum, de notre côté, nous n’étions pas super rassurés.

Deuxième jour côté argentin, bien plus grand et plus agréable, où on peut arriver juste au dessus de la « Garganta del Diablo », spectacle fascinant … et en plus on a pu déjeuner tranquillement.

Bref, cet endroit est effectivement un incontournable, à noter dans votre « to-do » ! … et si vous n’avez pas le temps de faire les deux côtés, on vote pour le côté argentin !

Cha

Ilha Grande & Paraty

Ilha Grande & Paraty

Après 5 jours à traverser le Minas Gerais, il est temps de se reposer. Direction Ilha Grande, un petit coin de paradis sur terre, qu’on est presque surpris de trouver aussi vierge, dans un coin si développé …

Euh, j’ai l’impression que vous êtes resté focaliser sur «se reposer » ?? Oui, parce que figurez vous qu’on est en voyage, pas en vacances ! Ça a beau être une expérience de dingue, je vous assure que ce n’est pas de tout repos ! Mouais, je sens que vous n’êtes pas complètement convaincu. Je vous laisse méditer et on en reparlera à notre retour🙂 !

Bref, dans cet endroit magique, on a retrouvé les « vraies » sensations de vacances : soleil, bronzette … Ici, pas de caïmans, d’iguanes ou serpents, mais de la tranquillité ! Siestes sur la plage, ballades en bateau dans les criques désertes, bercés par Bob Marley… les brésiliens sont soit sur-fan de Bob, soit convaincus que chaque mec qui a la peau blanche est un ‘ricain qui se doit d’écouter du reggae pour se sentir dans les tropiques .. !

Allez, les photos parlent d’elles-mêmes (ah ça faisait longtemps !), on sait que chez vous ce n’est pas terrible, courage les amis, on rentre bientôt !

Cha & Mike

Après l’épisode « moustache »

Vous avez été nombreux à me demander des nouvelles de la moustache, car en effet, ce qui devait appartenir au Pérou, a complètement dépassé les bornes en Colombie.

Après la « barbichetteboukstache-attitude », ce fut le tour de la chevelure …
Allez, le Brésil sera chevelu !

Franchement, pas mal non la coupe « home made » ??

Cha

Bem Vindo a Minas Gerais

Bem Vindo a Minas Gerais

Quand on pense « Brésil », on pense carnaval, maillot en fil dentaire, mais on pense rarement au Minas Gerais, et c’est bien dommage … ou tant mieux pour ceux qui y vont !

Après 4 jours à Rio, place aux paysages vallonnés et montagneux du Minas Gerais. Région réputée pour sa gastronomie et la convivialité des habitants, on savait que c’était pour nous !

On peut dire qu’on a été conquis : temps exquis, poussada de charme, villages coloniaux magnifiques (non non on ne se laaasse pas !), et restaurants délicieux.

C’est d’ailleurs ici qu’on aura pu apprécier le mieux l’une de leurs habitudes culinaires : les restaurants au poids. Mais pourquoi n’a-t-on pas ça en France !?!

Rien de plus simple : vous avez un buffet copieux avec plein de plats de viandes, poulets, poisson, pates, légumes … Bref, vous prenez une assiette, ce qui vous tente, vous la pesez, et vous payez l’équivalent de son poids.

Cha a testé toutes les boulettes de la région (allez savoir comment les libanais ont pu faire rentrer leurs boulettes au Brésil !), pendant que je m’efforçais de battre mon record de poids à chaque repas !

Mike

Ma belle mère au Brésil

Ma belle mère au Brésil

Quelle est la différence entre une mère corse & une mère juive ? La mère corse dit « tu finis ton assiette où je te tue ! », la mère juive dit « tu finis ton assiette où je me tue ! »

Quelle est la différence entre un terroriste et une mère juive ? Avec le terroriste, tu peux négocier …

Pour ceux qui ne la connaissent pas, je vous présente ma belle mère. Détrompez vous, j’adore ma belle mère, je vis même chez elle !

Elle est ce qu’on peut considérer comme une « vraie » parisienne : elle ne jure que par le 7ème, boit ces cafés rue clerc, et rêve qu’on emménage à deux numéros de chez elle.

Pour nous, elle a fait sa valise pour Rio, elle a pris le métro, elle s’est baladée en jogging sans brushing, elle s’est faite à l’apéro à la caïpirinai, elle a sauté sur les photos … et ce n’est que le début !

Après ma mère en Bolivie, ma belle mère au Brésil. Résultat, même combat : addiction au sèche-cheveux, aversion pour les auberges de jeunesse !

Résultat ?? Une chambre à 3 dans des endroits où on n’aurait même pas eu les moyens de prendre le thé, bref la belle mère a gagné !

Cha

PS : Une dernière pour la route !
Une mère juive téléphone à la gare et dit : Allô, à quelle heure il vient le train de mon fils ?

Night Fever

Night Fever

S’il y a une chose qu’on peut tester à Rio sous la pluie, ce sont les clubs de samba. Et c’est bien connu, les soirées les plus réussies sont souvent les plus inattendues.

Alors qu’on était sur le point de conclure une nouvelle journée sous la pluie, nous décidons de se faire un apéro dans le quartier festif de Lapa. 1er round à 5, et 2nd round à deux….enfin quand je dis deux, c’est qu’on a commencé la soirée à 2… et on s’est retrouvé 3h après en train de se déchainer sur la piste, entourés de pleins de nouveaux amis. We love Rio !

La « faute » à nos voisins de table, qui s’enquillaient des shots de cachaça (alcool de cannes à sucre), sous nos regards un poil septique. Ils ont absolument voulu nous initier à leurs coutumes : « dans la caïpi, c’est de la mauvaise cachaça, en shot au moins on est sure de la qualité ». Quelques verres plus tard, nous voilà au Rio Scenarium, une des meilleures boites de Rio. On confirme, les brésiliens tiennent le haut du pavé niveau fiesta ! Et puis une chose en entrainant une autre, on nous a pris pour les photographes officiels de la boite.

… Encore une soirée bien mémorable !!

Cha et Mike

Paroles aux invités du jour : Rio, Copacabana, Ipanema, Havaianas….et K-way !

Paroles aux invités du jour : Rio, Copacabana, Ipanema, Havaianas….et K-way !

Les retrouvailles très attendues de Riella avec nos intrépides « namorados ».

Arrivée sous un soleil radieux, 34° degrés, pour retrouver l’appartement loué à Copacabana.

Planning chargé sous le soleil de Rio, qui nous a fait faux bond à l’arrivée des jeunes. Mais c’est sans compter sur les idées originales de part et d’autres. Adieux la contemplation de beaux éphèbes et belles cariocas vêtues de leurs fils dentaires, bonjour les K-way et baskets pour découvrir d’autres aspects moins idylliques de la « Maravillosa », tel que visite des Favelas, un des temps forts de notre séjour à Rio.

Boostés par l’enthousiasme de Cha et Mike, et requinqués par quelques Caipi, nous avons arpenté les quartiers de Rio : Santa Teresa, Lapa etc. Le courage ne nous a pas manqué pour faire une virée en ferry afin d’admirer les lumières de la ville. Avec une visibilité à 15 mètres, on ne peut confirmer si Rio mérite vraiment son titre de « Ville Lumière » !

Courage toujours, pour monter au Corcovado, d’où nous avons pu admirer les pieds et deviner les mains du « Christo Redemptor ».

D’aucun prétende que Rio se mérite… Qui porte la faute, qui a incité Rio à se refuser à nous ? Mais rassurez vous, le moral est resté au beau fixe !

Afin de rester fidèle au « eat & travel », nous avons fréquenté, voir hanté, des « restos au Kilo » ou nous avons gouté à tout : de la feijoada à la moqueca en passant par les boulettes, les steaks trop cuits, sans oublier les différentes façons de préparer les Caipis.

Anne Marie, Riella et Bernard

Photos de la Colombie

… si vous avez 4 minutes à tuer, c’est cadeau.

chaetmike

Rio sous la pluie !

Rio sous la pluie !

Nous voilà à Rio de Janeiro, où nous retrouvons Riella, la maman de Mike, accompagnée de Bernard & Anne Marie, amis bretons.
Et ils ne sont pas arrivés les mains vides : nutella, crêpes, dragibus … de quoi nous faire tenir jusqu’à la fin du voyage !

Rio aurait pu être tellement simple : ballades, baignades, terrasses, bronzette, ballade encore … Au lieu de cela, phénomène étrange pour la période (ah y a plus de saison ma bonne dame), il a plu pendant 5 jours !

Nous nous convainquons qu’il n’y a aucune corrélation entre la météo et les bretons (mais au fond de nous on a un doute !!).

Allez, challenge, que faire à Rio sous la pluie ??

Première idée qu’aurait n’importe qui : faire un cours de cuisine bien sur (+ d’infos : atelierdeschefs.fr), mais cookinrio.com.br est fermé car en plus, on est tombé sur un pont !

Bref, nous avons fait tout ce qu’il était possible de faire à Rio sous la pluie, et même si les photos ne sont pas aussi inoubliables avec un ciel gris, « le soleil on l’a dans le cœur » …

Cha

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.